Sorties

Picasso Mania au Grand Palais

13 janvier 2016
entrée du grand palais à paris

Lors d’une interview du 11 mai 1959, à la question : « Vous continuerez longtemps à peindre? », Picasso répond : « Oui, parce que pour moi, c’est une manie ». Une fois de plus, le Grand Palais nous propose une exposition de grande qualité, très variée et riche. Inspiré par cette interview de Picasso, le tire de l’expo « Picasso mania » nous illustre un engouement pour l’Oeuvre du peintre qui a inspiré grand nombre d’autres artistes de son vivant et qui continue d’inspirer même après sa mort (en 1973, pour rappel). Les clins d’œil et les hommages à Picasso dans le monde de l’art, et même dans le monde de la grande consommation (ex : Citroën Picasso) ne manquent pas et c’est ce qui fait l’objet de cette exposition. Au cours de la visite, à travers les différentes salles, on découvre comment Picasso a inspiré et a aidé certains artistes à faire passer des messages et on prend connaissance de l’ampleur de l’empreinte qu’a laissé Picasso dans le monde de l’art moderne. Il en est même touchant, avec le recul, de voir à quel point Picasso était respecté et admiré et de voir que les hommages continuent de se multiplier.

J’avais très envie de vous parler de cette expo car elle m’a vraiment beaucoup plu et j’avais envie de partager ma visite avec vous. Je me suis beaucoup aidée du dépliant distribué à l’entrée de l’exposition pour faire cet article. J’illustrerai le tout par les photos que j’ai prises sur place. Je m’excuse pour la qualité des clichés, mais pas toujours facile de prendre les œuvres de face sans personne dans le champs de vision. Ils y a tellement d’œuvres exposées que malgré les photos que je vais mettre, le plaisir ne sera pas entaché si toutefois vous vous décidez à aller au Grand Palais. Petit conseil, n’hésitez pas sur place, à prendre un audio guide, c’est toujours plus intéressant d’avoir des informations supplémentaires sur certaines œuvres exposées, que simplement les lignes d’écritures au mur.

Les titres en rose dans mon article correspondent aux différentes salles dans lesquelles nous pénétrons au fur et à mesure de la visite. Je ne les détaillerai pas toutes car l’intérêt n’est pas de faire une visite guidée détaillée mais de partager certains éléments de l’expo et surtout vous donner envie d’y aller. Je pense quand même à tous les  » non Parisiens  » et c’est aussi pour ça que je fais cet article.

L’exposition débute par une video, montrant différents artistes, vivants, témoignant, chacun leur tour, de leur amour et de leur admiration pour Picasso. Amour au sens large, ils évoquent ce que Picasso et son art leur a inspiré et ce pourquoi il s’attachent maintenant à pérenniser la mémoire et l’Oeuvre de l’artiste.

Picasso mania

 

Salut l’artiste !

Il faut attendre les 90 ans du peintre en 1971, pour que soit organisé un premier hommage collectif que lui rendent les artistes vivants issus des courants artistiques les plus variés.

La diversité et la multiplicité des effigies de Picasso produites par les artistes contemporains témoignent de l’universalité et de la renommée planétaire du peintre espagnol. Du continent africain à la Chine, les images confirment que Picasso est devenu, depuis des décennies, synonyme d’art moderne. Avant-gardistes purs et durs, réalistes et abstraits, pop artistes et minimalistes, célèbrent la vitalité, la liberté créatrice qui se confondent avec le nom de Picasso.

hommage à picasso de Erro

ERRÒ – « Hommage à Picasso » – 1982

Equipo cronica - hommage a picasso

EQUIPO CRÒNICA  » hommage à Picasso », Série Voir et faire la peinture 1966 – 1975

Sans titre

RUDOLF STINGEL « Sans titre » 2012

Incroyable huile sur toile que l’artiste à reproduit à la perfection, au détail près, à partir d’un cliché photographique de Pablo Picasso. Le peintre a même reproduit les détails des imperfections liées à l’impression de la photo. Malheureusement, quasiment imperceptibles sur ma photo à moi.

Cheri Samba - picasso

CHÉRI SAMBA  « Picasso » 2000

Picasso a été un de premiers artistes à reconnaître l’art africain comme un art.

Le cubisme, un espace polyfocal

L’épopée cubiste commence en 1908 et se poursuit jusqu’à la Première Guerre mondiale. Pablo Picasso s’engage alors dans une tentative inédite : peindre non pas ce que l’on voit mais ce que l’on conçoit. Cet art pour l’esprit s’inspire d’abord de la peinture volumétrique de Paul Cézanne, avant de s’orienter vers une analyse multifocale des êtres et des choses, au point de frôler l’abstraction.

tapisserie picasso

Œuvres de Picasso. Les photos des ateliers de Picasso témoignent de son goût pour un type de présentation où ses ouvres sont collées les unes aux autres et où l’artiste rapproche ainsi des peintures de différentes périodes.

Dans cette partie dédiée au cubisme, on y trouve quelques œuvres de l’artiste David Hockney. Il se souvient avoir été un visiteur récidiviste de l’exposition de 1960 à Londres consacrée à Pablo Picasso et se lance dans l’expression du cubisme dans les années 80. A l’aide d’un appareil photo polaroid, David Hockney crééer des photo-collages. Il fait des prises d’un élément sous plusieurs angles de vue différents, d’un peu plus près ou d’un peu plus loin et assemble le tout.

20160110_144033

mother

En premier, la table d’un artiste peintre, en second, le portrait de sa mère.

Les Demoiselles d’ailleurs

La carrer d’Avinyò est une rue de Barcelone célèbre pour son bordel et ses prostituées. Pablo Picasso juxtapose dans les Demoiselles d’Avignon les corps offerts des prostituées, auxquels il donne toutefois des arêtes aiguës, et les masques striés aux couleurs vives, évocations d’un art africain qui commence à être reconnu.

Les années 1980 voient l’avènement d’une sensibilité post-moderne qui ne craint plus de puiser dans les leçons et les modèles du passé et avec ça apparaître une génération d' »appropriationnistes », qui ne craignent pas de citer, voire reproduire les œuvres de leurs aînés. C’est à ce courant, qu’est consacrée cette partie de l’expo.

not Picasso

MIKE BIDLO  » Not Picasso  » 

 

les demoiselles d'alabama

ROBERT COLESCOTT  » Les Demoiselles d’Alabama (dénudées)  » 1985

 

antiquity

JEFF KOONS  » Antiquity (Uli)  » 2011

Dans ce collage pictural, Jeff Koons décompose ce que Picasso assemblait dans les Demoiselles d’Avignon. Il associe les images d’une aphrodite romaine, d’une sculpture de Papouasie et d’une version de Vénus et Adonis de Titiens, le tout recouvrant un Baiser (1969) de Pablo Picasso. Et bien sur, on remarque la touche Jeff Koons, dessinée en rouge, l’origine de la vie, soit la vulve d’une femme.

Cette peinture met en perspective une culture muséale universelle reposant sur le déplacement des objets hors de leur contexte d’origine.

Guernica, icone politique

Une grande pièce est consacrée à cette oeuvre. Lorsque l’oeuvre est présentée pour la première fois, elle est d’emblée vue comme une arme contre le fascisme, le totalitarisme et la guerre.

Je ne vous montrerai qu’une des œuvres de cette pièce, la plus originale et du fait la plus marquante pour moi.

20160110_151412

ADEL ABDESSEMED  » Who is afraid of the big bad wolf? « 

Cette oeuvre monumentale a les mêmes dimensions que Gernica. Mais le drame humain a laissé place à un massacre animal. Le titre fait référence à l’histoire des trois petits cochons et à la question  » qui a peur du grand méchant loup? », la réponse est personne, visiblement les loups taxidermisés n’étant plus en état de nuire. La sauvagerie humaine dépasse celle animale et ces corps enchevêtrés évoquent des charniers. Ne dit-on pas que l’homme est un loup pour l’homme?

20160110_151440

Picasso goes pop

Le pop art rejette l’abstraction  qui dominait l’art depuis les années 40 et apparaissait comme le point ultime d’une histoire de l’art  » moderniste  » incluant Pablo Picasso et reposant sur l’idée du progrès. Pour les pop artistes , Picasso est une icône qui leur est contemporaine. Roy Lichtenstein a particulièrement été marqué par Picasso, qu’il considère dès les années 50 comme une source plastique fondamentale dans son travail.

20160110_153225

ANDY WHAROL « Head » 

20160110_153652

ROY LICHTENSTEIN  » Tête coup de pinceau  » 

Star systèm

Picasso accède véritablement à la célébrité après la Seconde Guerre mondiale. Son engagement au Parti communiste français et dans le Mouvement pour la paix fait de lui une figure majeure de la vie politique et intellectuelle de l’après guerre. La multiplication des rétrospectives en France, en Europe et aux Etats-Unis, les films qui lui sont consacrés, son installation sur la Cote d’azur, sa vie sentimentale, lui confèrent une image de star. Picasso fait d’ailleurs preuve d’une grande maîtrise de son image – celle d’un artiste de plus de 70 ans mais toujours jeune, torse nu ou en marinière, chaussé d’espadrilles, proche de tous et intouchable.

Un jeune peintre en Avignon

Au crépuscule de sa vie, l’artiste s’identifie aux figures baroques des mousquetaires, fait sienne la morale de leur temps, celle de Shakespear, de Gracian et Cervantès, qui veut encore confondre ses rêves de grandeur et de vie héroïque avec un réel converti au pragmatisme et au matérialisme.

20160110_155742

Douglas Cooper, historien de l’art et collectionneur, qui qualifie ces tableaux de « gribouillages incohérents exécutés par un vieillard frénétique dans l’antichambre de la mort « , exprime un sentiment largement partagé à l’époque. Heureusement, quelques artistes comme David Hockney on pris la mesure de la maîtrise et de la virtuosité picturale mise dans ces tableaux.

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais, moi je préfère me rappeler Picasso comme d’une Star Systèm, d’un avant-gardiste, qui a fait avancer la conception de l’art moderne et qui continue de marquer encore aujourd’hui les esprits. Aujourd’hui le fait est que le nom de Picasso est connu du plus grand nombre, même chez les plus jeunes. On a tous des représentations et des images déstructurées et colorées qui nous viennent en tête rien qu’à l’évocation du mot Picasso même si bien souvent on s’imagine des choses un peu caricaturales. On a tous été marqués, à un moment ou à un autre, par son travail.

L’exposition se déroule jusqu’au 29 Février. Pour plus de renseignements et l’achat de vos places c’est par ici 

J’espère que cet article vous a plu même s’il est un peu long.

Des bisettes pleines de paillettes, carrées pour l’occasion 😉

20160110_141216

Vous devriez aussi aimer

Pas de commentaire

Laisser un commentaire